« Gaza le amour ». Une romance silencieuse sous le regard d’Apollon

05 พ.ค. 65

« Gaza le amour ». Une romance silencieuse sous le regard d’Apollon

Alors que Gaza panse i  nouveau les plaies de l’attaque israelienne de mai 2021, des freres Arab et Tarzan Nasser transforment la tragedie en comedie romantique.

Leur soir film, sorti en salle en France le 6 octobre 2021 raconte l’histoire d’amour de deux quinquagenaires, rythmee par la reperee d’une statue antique d’Apollon.

Traduit de l’arabe via Sarra Grira.

Gaza le amour, realise entre la Jordanie et le Portugal, est inspire de faits reels, ayant apporte lieu a un documentaire 1 . En aout 2013, a Gaza, 1 pecheur du nom de Jawdat Gharab a remonte dans ses filets une statue encore de 450 kg du dieu grec Apollon, datant du V e siecle av. J.-C. De nombreux rumeurs et d’anecdotes circulent aussi a Gaza autour de cette reperee, quelques etant veridiques bien qu’elles n’aient nullement ete reprises au film. Ainsi, lorsqu’elle a decouvert le dieu nu comme 1 ver, la maman du pecheur lui aurait reclame : « Recouvre-le, le fils ! » ainsi, votre soir avait decoupe un doigt en statue pour le vendre, pensant qu’il est fabrique en or. Au final, le gouvernement du Hamas a mis mon tour dans cette piece archeologique et on n’en a plus jamais entendu parler.

Se contentant de suggerer sans jamais nommer des choses en direct, ce long metrage decrit ca economique et sociale a Gaza, ainsi que les consequences des guerres successives a travers l’histoire du pecheur http://datingmentor.org/fr/rencontres-monoparentales/ Issa. Ce soir vit chichement de la vente des plusieurs poissons qu’il peine a pecher. C’est un celibataire endurci En plus de cinquante ans, une position gui?re tres commune dans une societe aussi conservatrice que la societe gazaouie. Ses s?urs tentent vainement de lui trouver une epouse parmi les fideles qui vont prier dans la mosquee du quartier. Issa reste 1 homme issu d’la gauche traditionnelle, qui fait la cuisine en ecoutant d’une musique et ne regroupe pas la mentalite religieuse des agents une police. Des specialistes passent leur temps a parler de la statue et de le sexe, que le pecheur a casse en essayant de le cacher a la vue du voisinage. La situation ne durera nullement, car tres vite Issa est arrete et la statue — et son sexe — paraissent saisis.

Aimer a contre-courant

Au milieu de tout votre remue-menage fait d’enquetes laborieuses et de clins d’?il religieux qui echappent a la naivete du pecheur attriste par le commencement a l’etranger de le meilleur ami, une brise d’amour innocente souffle sur notre vie d’Issa ainsi que sa voisine, la couturiere Siham. Cette veuve vit seule avec sa fille divorcee, et cela fait d’elles la question prefere des ragots du voisinage. Car le respect une vie privee est quasi inexistant au camp de refugies d’Al-Chati qui se trouve face a Notre Mediterranee, ainsi, les jugements moraux pesent i  propos des jeunes femmes, souvent emis par leurs congeneres.

Notre s?ur d’Issa refuse l’idee meme que son frere puisse penser a Siham. Comment lui avouer sa flamme, dans un contexte ou exprimer le amour releve presque de l’immoralite ? Le pecheur ne se decourage pourtant pas, mais ses techniques sont a chaque fois mises a mal par un evenement exterieur.

Mes reactions du personnage principal face a cela lui arrive varient entre l’humour, l’insouciance et la peur, comme n’importe quel homme de gauche qui se retrouve a vivre au milieu d’islamistes, bien que la soiree ne s’attarde nullement trop via votre aspect ideologique, mais davantage sur les contradictions sociales. Son sujet principal demeure surtout cette histoire d’amour entre 2 quinquagenaires dans une ville ou il leur est si difficile de parler. Un tableau realiste, car le personnage de la veuve qu’incarne Hiam Abbass rappelle de nombreuses femmes gazaouies qui se cloitrent dans le silence. Ainsi concernant le personnage du pecheur superbement joue avec l’acteur Salim Daw : votre homme qui hesite forcement avant de parler, depuis que une telle statue a fait de lui le centre de l’attention generale, alors qu’il avait vecu pendant si longtemps a la marge d’une societe dont on ne se souvient qu’a chaque nouveau bombardement.

Un imaginaire phallique

Gaza mon amour est sans nul doute votre film romantique, mais le romantisme dans la bande de Gaza finit toujours par i?tre une comedie noire, qui prend limite des accents de tragedie avec l’apparition du dieu grec. A travers une telle ?uvre, les jumeaux Arab et Tarzan Nasser donnent a voir 1 visage different de Gaza : non pas celui d’la fond, d’la guerre et des bombardements, mais celui porte par le symbole du sexe d’Apollon 2 , celui d’une vie erotique cachee entre les murs fissures des maisons, que la mer vient reveler comme une statue qui sort de l’eau.

Ici, on ne voit nullement la guerre, mais on entend en arriere-fond le bruit continu des drones. On voit les habitants feter des missiles (a la forme phallique) dans une telle ville ou Notre masculinite est debordante, mais on ne voit jamais la resistance. On entend Ismail Haniyeh discourir a la television, mais on ne voit gui?re le Hamas. La soiree se contente en effet de decrire de maniere indirecte le controle que l’organisation exerce via le quotidien quotidienne a Gaza, sans jamais tomber dans la critique seculiere.

C’est la toute la subtilite de ce film qui a su capter les petits details d’la life a Gaza et les transmettre meme a toutes les non-Gazaouis, reussissant ainsi a donner a voir ce territoire sans parler des deux elements qui le caracterisent le plus a l’international : le Hamas et Beyrouth. Interroge sur ce point, Tarzan Nasser a repondu a Orient XXI : « A aucun moment dans le film on ne evoque qu’il s’agit de Hamas, de la resistance ou de l’occupation. Nous avons donne a voir une histoire qui pourrait se derouler n’importe ou, mais en arriere-fond, depuis bien la specificite de Gaza et toute cette souffrance qui transparait a travers Divers details ».

C’est le cas entre autres si le fonctionnaire du ministere du « Hamas » s’oppose a ce que l’archeologue qui travaille Afin de l’organisation qualifie Apollon de « dieu ». Dans une autre scene, un agent de police s’adresse a Issa en lui disant : « J’avais des doutes sur toi des le commencement », en reference au gout du pecheur pour la solitude.